Devenez  Chercheur d'Or en France ORIEGE : Dépôt légal 1984-1996 ISSN 0762-7033 0311
Chercheuse d'OR en Ariège. Fanny B.


Orpaillage,

Devenez  
Orpailleur,
Chercheur d'Or en France

Manuel du Chercheur d'Or,
Orpailleur, en ligne

    

 
 
Depuis plus d'une trentaine d'années, l'orpaillage, c'est à dire la recherche artisanale de l'or en rivière, connaît un regain d'intérêt en France.
Ce renouveau est du à Jean-Claude Lefaucheur grâce à son livre " Chercheur d'or en France" paru en 1976, qui a relancé l’activité.  Le mouvement à été poursuivi par l’association Oriège, créée en 1982, qui par l’organisation d’animations, de journées,  de stages d’initiation à l’orpaillage et d’articles dans la presse spécialisée a popularisé le mouvement et c'est par centaines que les orpailleurs, amateurs chercheurs d'or,  se lancent pendant l'été dans les rivières à la recherche de paillettes ou de pépites d'or. Vers la même époque (1986), l'orpaillage-loisirs devenant à la mode, et à l'instar d'autres pays, sont apparus en France les championnats d'orpaillage , organisés par la FFOR.  

La recherche de l'Or se décompose en 3 parties:
--- La Prospection. C'est la reconnaissance et l'évaluation économique des placers. Elle se fait par des techniques d'hydrologie et de sédimentologie et par la mise en oeuvre de matériel spécifique (Goldspear).

---La Technique de la Batée ou du Pan
C'est une cuvette qui permet de séparer les paillettes d'or du sable. Elle sert à analyser la teneur en or du gravier et à extraire l'or des concentrés obtenus à partir de moquettes posées sur une rampe de lavage, une drague-suceuse ou dans une sablière. Les compétitions de lavage d'or ont lieu sur la dextérité de maniement de cette batée.

---Le Matériel d'exploitation. Rampe de lavage ou drague aspiratrice. La première sert à l'échelon amateur, tandis que la seconde permet de rentabiliser la recherche de l'or en rivière.

 Les zones aurifères de France
Les chercheurs travaillent principalement sur les rivières du Sud de la France qui sont les plus riches. Dans les Cévennes, ce sont le Gard, le Gardon d'Alès, le Gardon d'Anduze, la Cèze, la Gagniére, l'Hérault. En Ariège ce sont le Salat et l'Ariège. Mais d'autres régions en contiennent aussi à des teneurs plus faibles comme la Bretagne, le Limousin, le reste des Pyrénées, certains torrents alpins, le Rhin, l'Auvergne etc. Il y a ainsi une centaine de rivières en France qui contiennent plus ou moins de l'or.

 Les gisements.
L'or se trouve dans des plages de graviers, situées dans les rivières, appelées placers’. Dans ces placers l’or natif se trouve sous forme de particules plus ou moins grosses (paillettes millimétriques ou pépites) mélangées au sable et au graviers. L’or des rivières provient de la désagrégation d’anciens filons des montagnes dans lequel il se trouvait à l’état de traces comme des filons de cuivre, de fer, de plomb. L'or se trouve aussi dans des marmites qui sont des anfractuosités rocheuses situées au fond du lit de la rivière.

 Teneur
Dans les plages la teneur est de 0, 2 décigrammes à 4 grammes au mètre-cube de graviers. Dans les marmites la teneur peut monter jusqu'à 500 grammes au m3, sur quelques litres, ce qui donne quelques grammes d'or, autant que quelques heures de drague-suceuse. Or qui attend les chercheurs futés. La teneur de 0, 2 dg correspond à 5-10 paillettes moyenne à la batée et 4 grammes à quelques centaines.

 Rampe de Lavage
C'est un canal de bois (40cm par 1 mètre), garni d'une moquette et de tasseaux, qui permet de laver le gravier automatiquement. On y crée un courant d'eau avec une motopompe, ou on arrose avec un seau. On charge le gravier aurifère à la partie supérieure, avec une pelle. Le gravier est entraîné et est éliminé tandis que l'or est retenu derrière les tasseaux ou est absorbé par la moquette. On peut laver avec cet engin environ 1/3 de mètre-cube à l'heure. Ce qui peut fournir quelques décigrammes d'or à l'heure.

 Les "Gold suction dredges" (dragues aquatiques). D'autres techniques plus performantes existent et qui ont permis de donner un autre aspect à la recherche de l'or. Ce sont les dragues aquatiques, apparues vers 1981 en France, en provenance de Californie. Ce type de machine aspire directement le gravier aurifère dans un tuyau et le déverse sur une rampe de lavage montée sur un radeau.

Avec une drague portable équipée d'une motopompe de 2 Cv, on peut aspirer et laver de 0,3 à 1 mètre-cube de graviers à l'heure (30 à 100 batées), dans des endroits souvent difficiles, comme les marmites qui sont les plus riches. Avec une drague moyenne de 5 CV, on peu aspirer de 1 à 5 mètre-cube de gravier à l’heure (100 à 500 batées) et récolter plus de 10 grammes d’or par jour sur un placer vierge. Construire une drague aquatique

Bijoux
 
La revente des paillettes peut se faire dans des comptoirs de récupération de métaux, mais le mieux est la revente des paillettes sous forme de bijoux, dans de minuscules fioles de verre soufflés au chalumeau, comme pendentifs. Cela permet aux orpailleurs de mieux rentabiliser leurs productions. C'est Jean-Claude Lefaucheur, qui le premier à pensé à valoriser sa production sous forme de bijoux. Des orpailleurs amateurs peuvent aussi facilement fabriquer "quelques" pendentifs avec une lampe à souder et des tubes de verres Pyrex. ça permet de rapporter quelques souvenirs de vacances.
Un pendentif contient en général un dixième de gramme d'or et se vend 10 euros en moyenne, ce qui porte quand même le gramme d'or à 100 euros.
Accessoires pour fabriquer des pendentifs


Autorisation et législation.
 

Stages découvertes
Il existe des stages découvertes de l’orpaillage d’une journée à plusieurs jours ou les novices peuvent s’initier à la recherche de l’or sur des placers, avec maniement de la batée, rampe de lavage et cours de géologie et prospection:
Ariège, Gard, Cévennes,  Jura.

Les championnats de Bateyage
Initialement c'étaient des compétitions  bateyeur le plus rapide, dans des bassins artificiels. 
Un nouveau concept existe depuis quelques années, ce sont des compétitions en placers naturels.

Livres  (voir aussi Documentation)
De nombreux livres existent dans le domaines. 
Le livre de base sur les rivières et les techniques
(voir rivières aurifères) est "LENORMAND 1952, L'or en France métropolitaine".
Le livre de Jean-Claude Lefaucheur qui a lancé le mouvement actuel  "Chercheur d'or en France",Flammarion, 1976
Le livre de Pierre Devismes sur la Bretagne.
Prospection minière à la batée, dans le massif armoricain (Guigues et Devismes, Mémoire BRGM n° 71, 1969)
      
L'association Oriège  à édité une petite lettre d'information "La lettre des chercheurs d'or" parue de 1984 à 1996, complètement en ligne sur ce site .  
En complément,  je  conseillerai un autre site très complet,
avec un tas d'informations, des lieux, un forum..
  
Pour l'état d'esprit et le folklore
 un roman fait par Hervé Prudon,  
le gendre de Jean-Claude Lefaucheur,
livre un peu noir, décrivant le comportement de certains chercheurs d'or, heureusement minoritaires.

   
Production

La production de ces modernes "chercheurs d'or ou orpailleurs " est très confidentielle et était estimée par le BRGM à quelques centaines de kg par an, il y a quelques années, extrait comme sous-produits de sablières avec des moquettes. 
Avec la fermeture progressive de ces sablières, cette quantité a beaucoup baissé. La quantité d'or extraite directement des rivières avec des dragues aquatiques  ne représente qu'une faible part, quelques kg, pour un nombre d'orpailleurs "industriels" inconnus. A noter que l'utilisation que ces dragues est très réglementée et interdite dans les départements touristiques: Gard, Ardèche, Ariège.
Le regain actuel depuis une dizaine d'années pour la recherche de l'or en France n'est pas nouveau, car des Gaulois jusque vers 1815, la recherche était active. Le déclin de l'orpaillage a été dû principalement à des causes économiques.

La France est un pays à longue tradition d'orpaillage. Mais, sans être un Eldorado, cette activité, en tant que sport au contact de la nature, suscite, avec les nouvelles techniques, un nombre d'adeptes qui est croissant.  
Le nombre d'orpailleurs amateurs est inconnu car une grande majorité prospectent de manière individuelle. D'autres le font dans des associations spécifiques d'orpaillage, ou dans les sections orpaillage des clubs de minéralogie.

(Juin 2011) Avec l'augmentation du cours de l'or, ~34 k-euros/kg,  due principalement aux achats de la Chine et de l'Inde, l'intérêt pour la recherche de l'or semble se réveiller en France.